Aller au contenu principal
Type
Decision
État
Actif

Share meeting

Mots-clés
observateur
Texte entier
  1.  La deuxième Assemblée générale des Etats parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972) s'est réunie à Paris le 24 novembre 1978.
  2. Sur les 40 Etats parties à la Convention à la date du 24 novembre 1978 et disposant par conséquent du droit de vote, 34 étaient représentés :
    Algérie Italie
    Allemagne (Rép. Féd. d') Jordanie
    Argentine Maroc
    Australie Népal
    Bolivie Niger
    Brésil Nigeria
    Bulgarie Norvège -
    Canada Pakistan
    Chypre Panama
    Costa Rica Pologne
    Egypte République-Unie de Tanzanie
    Equateur Sénégal
    Etats Unis d'Amérique Soudan
    Ethiopie Suisse
    France Tunisie
    Irak Yougoslavie
    Iran Zaïre
  3. Ont également participé à l'Assemblée générale, en qualité d'observateurs les représentants de la-Belgique, du Chili, de l'Espagne, de la Finlande, du Guatemala, de l'Indonésie, de la Jamahiriya arabe libyenne, du Japon, de Madagascar, de la Mauritanie, du Nicaragua, de la République démocratique allemande, de la Roumanie, de .Saint-Marin et du Saint-Siège ainsi que huit organisations internationales dont le Centre international pour la conservation (ICCROM), le Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et l'Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN), ces trois organisations ayant voix consultative auprès du Comité du patrimoine mondial.
  4. La liste des participants figure en annexe au présent document.
  5. Le secrétariat de la réunion était assuré: par le Secrétariat de l'Unesco.
  6. Makaminan Makagiansar, Sous-Directeur général pour la Culture et la Communication de l'Unesco a ouvert la réunion on accueillant, au nom Directeur général et en son propre nom, les délégués des Etats parties et les autres participants. il a souligné le rôle essentiel de la Convention dans les travaux de l'Organisation. Les objectifs de cette Convention sont d'une part de préserver le témoignage du génie créateur de l'homme et les richesses de la nature et, d'autre part, de contribuer à l'amélioration de la qualité de la vie et de promouvoir l'identité culturelle. Passant en revue les progrès accomplis depuis la première Assemblée générale en ce qui concerne la mise on œuvre de la Convention, M. Makagiansar s'est félicité de l'accroissement du nombre des Etats parties et a informé l'Assemblée générale des travaux entrepris par le Comité depuis sa formation. Après avoir formulé le vœu que de nombreux Etats se joignent à ceux qui ont déjà ratifié ou accepté la Convention, il a rappelé les deux tâches principales qui attendaient l'Assemblée, à savoir l'élection de membres du Comité et la détermination du montant de la contribution au fonds prévue à l'article 16, paragraphe 1 de la Convention.